samedi 31 octobre 2009

rencontre, MLXXXIII




Décidément, ce pays des fées-là me va comme un gant. Ou plutôt comme une douce, une très douce chaussure


de vair.







Tant qu'à y faire le trottoir, autant y être bien.



vendredi 30 octobre 2009

rencontre, MLXXXII



Et voilà.






On dit que je suis au pays des fées. Il ne me reste donc plus qu'à formuler des voeux. Si vous avez quelques jolies idées, n'hésitez plus !






Même les plus folles. Surtout les plus folles.



jeudi 29 octobre 2009

rencontre, MLXXXI



Bref, me voici à nouveau partie...






A nouveau, la nave va, plus belle, plus rapide, plus audacieuse que jamais : à nous deux, à nous trois, à nous cent et mille, vieux monde qu'il s'agit une fois de plus de rendre à sa première, à sa créatrice, à son amoureuse jeunesse !



mercredi 28 octobre 2009

rencontre, MLXXX



Par bonheur entre tombe et berceau,






la vie parfois se plaît à s'étonner...



mardi 27 octobre 2009

rencontre, MLXXIX



Ah ! du temps d'Adèle...

Et comme nous voici bien anciens, soudain...








Tout enfant, tu dormais près de moi, rose et fraîche,
Comme un petit Jésus assoupi dans sa crèche ;
Ton pur sommeil était si calme et si charmant
Que tu n'entendais pas l'oiseau chanter dans l'ombre ;
Moi, pensif, j'aspirais toute la douceur sombre
Du mystérieux firmament.


Et j'écoutais voler sur ta tête les anges ;
Et je te regardais dormir ; et sur tes langes
J'effeuillais des jasmins et des oeillets sans bruit ;
Et je priais, veillant sur tes paupières closes ;
Et mes yeux se mouillaient de pleurs, songeant aux choses
Qui nous attendent dans la nuit.


Un jour mon tour viendra de dormir ; et ma couche,
Faite d'ombre, sera si morne et si farouche
Que je n'entendrai pas non plus chanter l'oiseau ;
Et la nuit sera noire ; alors, ô ma colombe,
Larmes, prière et fleurs, tu rendras à ma tombe
Ce que j'ai fait pour ton berceau...




rencontre, MLXXVIII



Bien entendu, de même que les Trois Mousquetaires sont quatre, les deux A. sont en quelque sorte trois.






Trois comme Adèle.



lundi 26 octobre 2009

rencontre, MLXXVII


Parfois en effet je suis petite et parfois je suis grande.


Ma jumelle est Alice, ne l'oublions jamais.






Parfois grande et souvent petite, mais toujours dans le Livre j'ai bien compris ce que l'histoire racontait de



NOUS



rencontre, MLXXVI




(BON)HEURS






D'HIVER



dimanche 25 octobre 2009

rencontre, MLXXV



Sachant que la plus belle des danses,






C'EST VOUS.






rencontre, MLXXIV



Et pour ce qui est des Dimanches,






c'est encore une fois Danse...

(Ah, comme on ne se refait pas !..)


samedi 24 octobre 2009

rencontre, MLXXIII



J'aime aussi les Samedis parce qu'on s'y marie.





Mademoiselle Ici





et Mademoiselle Ailleurs







finiront bien par se rencontrer



rencontre, MLXXII



Tourne tourne mon enfance
d'où tout me vient d'où tout me va

Tourne tourne mon enfance
ce petit bal où bat mon coeur





Tourne tourne ta romance
un pas de danse un peu de pleurs


rencontre, MLXXI



***




***


vendredi 23 octobre 2009

rencontre, MLXX



La vois-tu dans ton ciel ?








Petit oeil ma planète habitée de ton coeur



jeudi 22 octobre 2009

rencontre, MLXIX



Mais il n'y a pas que mes doigts qui dansent...






Sol de bois...






...sol de sable,


Sol Do Ré...


peau de soie...


...fleur de fable,





O ma Lau,


ô ma si


désirable !


Dans le creux de mon corps


le tango de mon coeur






TANGUE AU TEMPO DE TON CORPS



mercredi 21 octobre 2009

rencontre, MLVIII



Quoi qu'il en fût et en sera, en attendant, c'est sûr, cette sacrée petite Louise aura d'ores et déjà sur moi


jeté






son premier don...



mardi 20 octobre 2009

rencontre, MLVII



Car d'une certaine manière, ma mie Lau l'ouvrit, cette boîte pandorienne, d'où couleront bientôt des flots...



Flots de quels dons ? Flots de quels maux ?






On raconte depuis toujours du vieux côté des dieux que dans la boîte il ne restera jamais que l'Espoir...




rencontre, MLXVI



...un je ne sais quoi qui fait qu'après avoir été bien sage,






il faut qu'enfin mon coeur se jette à l'eau...



lundi 19 octobre 2009

rencontre, MLXV



Mais peut-être, à bien y réfléchir,

ma Mie m'a-t-elle déjà donné bien davantage







que son visage...



rencontre, MLXIV



CARPE DIEM AVTVMNI








Huc pater o Lenaee, ueni nudataque musto
Tingue nouo mecum direptis crura cothurnis...




dimanche 18 octobre 2009

rencontre, MLXIII



Pour rester dans les chambres, que ce soit seule ou pas, j'en ai hélas assez vite fait le tour.






Je ne sais pas si j'ai lu tous les livres, mais ce qui est sûr, c'est que souvent la chair est triste, surtout lorsqu'elle est tarifée.

Voilà donc le pourquoi de mes rêves, ou plutôt celui de mes éternelles songeries. Reine couchée, Princesse assise, je chevauche un monde où j'ai ce rare privilège d'être vraiment libre :






mon corps aux chiens ma tête à moi.



samedi 17 octobre 2009

rencontre, MLXII



Elle n'y perdra pas au change


C'est une main très experte

Cinq petits doigts bien alertes






mi-anges et mi-catins



vendredi 16 octobre 2009

rencontre, MLXI



A CELLE


qui ne veut pas me montrer son visage


MOI








JE LUI ACCORDE MA MAIN




rencontre, MLX



J'ai d'autres folies comme j'ai d'autres amies.







Je dois avouer que les Invisibles ont toujours habité mes yeux, aussi sûrement que l'illusion du Monde savait à chacun de mes endormissements d'ici-bas s'effacer derrière la réalité de l'Univers tel qu'il est, et non tel que s'en persuadent nos petites habitudes de perception, et surtout notre si fréquente absence de la moindre curiosité.

C'est ainsi qu'autrefois je t'ai connue, Mélior, reine sublime de ma vieille Brocéliande, souveraine aux chats sacrés porteurs de plus d'un céleste secret, et vous puissants Afrits aux incommensurables pouvoirs...

Il me reste de ce temps mes visites automnales à ton chêne, vieux Merlin de mes enchantements songeurs, si aimable complice que tu me ferais presque oublier la douloureuse condition de mon exil actuel, la tristesse infinie de tous ces médiocres sorts qu'il me faut à présent subir.



jeudi 15 octobre 2009

rencontre, MLIX




LES TROIS GRÂCES








ou ma façon à moi d'avoir une nuit osé...




rencontre, MLVIII



Ma vieille Amie Sappho ne le dit-elle pas elle-même :


"Moi, à ta vue, je reste sans voix, ma langue se brise, la fièvre me brûle, mes yeux se brouillent, mes oreilles bourdonnent, je sue, je frissonne, je verdis, je crois mourir...






...mais il faut tout oser"



mercredi 14 octobre 2009

rencontre, MLVII



D'accord d'accord je sais ma belle Amante, les fourrures ne sont plus vraiment portées...

Tant pis pour les frilosités.



Sachant que les audaces ont leur charme.







(Je parle essentiellement des audaces intérieures, des audaces qui font de nos coeurs des soleils, vous l'aurez va sans dire deviné.)



mardi 13 octobre 2009

rencontre, MLVI



Certaines que je connais bien me voient parmi les moutonnes (bien plus jolies que les brebis communes, naturellement).

Surtout les moutonnes d'automne, dont les fourrures dorées sont si douces au toucher...








Quant aux rêves si étranges que ce flot chaud fait naître, je vous laisse bien sûr les imaginer...



lundi 12 octobre 2009

rencontre, MLV



Et puis l'automne enfin
l'automne en ciel un peu mouillé






baisers volés baisers qui volent
vers tes désirs les plus cachés




dimanche 11 octobre 2009

rencontre, MLIV



CELESTE DIMANCHE.






Vêtue de ma seule rêverie,

ventre bruissant au lit de ta langue



samedi 10 octobre 2009

rencontre, MLIII



Déjà se rétrécit le masque


ainsi s'agrandit l'oeil






le jour de tes baisers plus vaste
et la nuit de tes doigts plus profonde...




vendredi 9 octobre 2009

rencontre, MLII



Certes certes, la perspective d'une aussi belle rencontre ne me laisse pas de marbre...


Encore que...






Moi par monsieur Maillol, et même marmoréenne, tout compte fait, ce n'était pas si mal...



jeudi 8 octobre 2009

rencontre, MLI




Mon pays...







C'est quelque part là, tout près de chez vous vraiment. Et pourtant, celle qui ne saura pas chausser ses bottes de sept lieues (ou de sept lieux, plus exactement !) ne pourra en aucun cas y parvenir.

Mon pays à moi, c'est en effet celui de la Petite Poucette, de la Petite Chaperonne rouge et, les jours de grand azur, comme aujourd'hui par exemple, celui de la Grande Miss Barbe-Bleue...

Mais c'est surtout celui de la Belle, de la Belle aux doux bois dormants qui depuis bien cent ans à présent attend le baiser merveilleux de son autre Belle, une Princesse paraît-il...


Qui l'attend...

L'attend patiemment de toute sa plus délicieuse



impatience...




mercredi 7 octobre 2009

rencontre, ML



Je crois aussi aux coups de foudre.






Comment ne pas y croire au pays qui est le mien ?



mardi 6 octobre 2009

rencontre, MXLIX



Tout ça parce que je crois aux fées.






Doigts y compris bien sûr. Mais surtout côté coeur. Croyances et caresses font si bon ménage au pays qui est le mien. Et où tu viendras peut-être me rejoindre, ma mie Lau, après Mélusine et Morgane, lorsque sur ta rive tes propres croyances se seront tout à fait éteintes, et que malgré tout ce sombre soudain répandu sur ton monde il te faudra bien continuer à vivre, à vivre comme tu l'entends, à vivre comme tu le sens,


Toi,


à vivre vraiment.




lundi 5 octobre 2009

rencontre, MXLVIII




Femme voilée cherche doigts de fée







pour entreprise de dévoilement



dimanche 4 octobre 2009

rencontre, MXLVII



Un Dimanche à la campagne.






Ne regarde jamais là où regarde tout le monde,
surtout lorsqu'il y a tellement mieux à voir



AILLEURS.



samedi 3 octobre 2009

rencontre, MXLVI



Nous sommes en fait des créatures dont la pulpe est écorce et l'écorce pulpe,






des créatures jaillies d'un seul bloc, à l'image de ces statues antiques surgies de la pierre la plus dure, la plus froide, et pourtant animées d'une si ardente perfection, d'une beauté si sensuelle que notre regard aussitôt se fait désir, et même, souvent, parvient à en en jouir : à en jouir comme d'une chair, d'une chair à la fois profonde et aérienne où nous savons bien que nul corps jamais ne pourra nous entraîner, chair qui aussitôt nous interroge, chair qui aussitôt creuse en nous, saisies que nous sommes à la pensée de ce créateur qui ainsi nous aurait faites, à la pensée de son but ultime, de sa vision secrète et à jamais impénétrable, de son impossible génie pourtant à nos yeux tendu, à nos corps dénudé,






à nos sens offert...



vendredi 2 octobre 2009

rencontre, MXLV




Mais non.

Bien sûr que nous n'allons pas toujours toutes nues.







LA PREUVE.



jeudi 1 octobre 2009