samedi 30 juillet 2011

rencontre, MDCCLII




Si tu m'appartenais (faisons ce rêve étrange !),
Je voudrais avant toi m'éveiller le matin
Pour m'accouder longtemps près de ton sommeil d'ange,
Egal et murmurant comme un ruisseau lointain.


J'irais à pas discrets cueillir de l'églantine,
Et, patient, rempli d'un silence joyeux,
J'entr'ouvrirais tes mains, qui gardent ta poitrine,
Pour y glisser mes fleurs en te baisant les yeux.


Et tes yeux étonnés reconnaîtraient la terre
Dans les choses où Dieu mit le plus de douceur,
Puis tourneraient vers moi leur naissante lumière,
Tout pleins de mon offrande et tout pleins de ton coeur.







Oh ! Comprends ce qu'il souffre et sens bien comme il aime,
Celui qui poserait, au lever du soleil,
Un bouquet, invisible encor, sur ton sein même,
Pour placer ton bonheur plus près de ton réveil !



vendredi 29 juillet 2011

rencontre, MDCCLI





PETITS PLAISIRS D'ETE,









PETITS PLAISIRS DIVERS.






jeudi 28 juillet 2011

mercredi 27 juillet 2011

rencontre, MDCCXLXIX





TON AMOUR










léger comme une plume

profond comme tes caresses...






mardi 26 juillet 2011

lundi 25 juillet 2011

rencontre, MDCCXLVII





25 JUILLET.











Unies comme les deux faces d'une même coquille. Unies comme ouvertes à l'Amour.





dimanche 24 juillet 2011

rencontre, MDCCXLVI




Je possède, en mes doigts subtils, le sens du monde,

Car le toucher pénètre ainsi que fait la voix,

L'harmonie et le songe et la douleur profonde

Frémissent longuement sur le bout de mes doigts.



Je comprends mieux, en les frôlant, les choses belles,

Je partage leur vie intense en les touchant,

C'est alors que je sais ce qu'elles ont en elles

De noble, de très doux et de pareil au chant.



Car mes doigts ont connu la chair des poteries

La chair lisse du marbre aux féminins contours

Que la main qui les sait modeler a meurtries,

Et celle de la perle et celle du velours.



Ils ont connu la vie intime des fourrures,

Toison chaude et superbe où je plonge les mains !

Ils ont connu l'ardent secret des chevelures

Où se sont effeuillés des milliers de jasmins.



Et, pareils à ceux-là qui viennent des voyages.

Mes doigts ont parcouru d'infinis horizons,

Ils ont éclairé, mieux que mes yeux, des visages

Et m'ont prophétisé d'obscures trahisons.








Ils ont connu la peau subtile de la femme,

Et ses frissons cruels et ses parfums sournois...

Chair des choses ! J'ai cru parfois étreindre une âme

Avec le frôlement prolongé de mes doigts...




lundi 11 juillet 2011

rencontre, MDCCXXXIII





Classée X ?










Non. Juste B.

Comme Belle.




dimanche 10 juillet 2011

rencontre, MDCCXXXII




SEXTIVALES, IV








...de boire à la source délicieuse.




samedi 9 juillet 2011

rencontre, MDCCXXXI




SEXTIVALES, III








Le plaisir d'approcher, de lécher...




vendredi 8 juillet 2011

rencontre, MDCCXXX




SEXTIVALES, II








Je veux dire le plaisir du fruit...




jeudi 7 juillet 2011

rencontre, MDCCXXIX




SEXTIVALES, I








Juste pour le plaisir de la tentation...




mercredi 6 juillet 2011

rencontre, MDCCXXVIII




J'ai vu un ange dans le marbre








et j'ai seulement ciselé jusqu'à l'en libérer
(Michel Ange)




mardi 5 juillet 2011

rencontre, MDCCXXVII




S'una fede amorosa, un cor non finto,
un languir dolce, un desïar cortese ;
s'oneste voglie in gentil foco accese,
un lungo error in cieco laberinto ;


se ne la fronte ogni penser depinto,
od in voci interrotte a pena intese,
or da paura, or da vergogna offese ;
s'un pallor di vïola et d'amor tinto ;


s'aver altrui piú caro che se stesso ;
se sospirare et lagrimar mai sempre,
pascendosi di duol, d'ira et d'affanno,


s'arder da lunge et agghiacciar da presso
son le cagion ch'amando i' mi distempre,







vostro, donna, 'l peccato, et mio fia 'l danno.



lundi 4 juillet 2011

dimanche 3 juillet 2011

rencontre, MDCCXXV



Viens, les heures d'amour sont furtives et rares...
Le jardin matinal est plein d'oiseaux bizarres.


Chère, je te convoie à ce royal festin.
Je ne veux pas jouir seule de ce matin.


L'aube heurte le ciel comme une porte close.
Viens boire la rosée au coeur blond de la rose.


Bois la rosée ainsi qu'une fraîche liqueur.
Mon coeur est une rose et je t'offre mon coeur.


L'aube a des tons de nacre et des reflets de perle.
La joie est simple et rien n'est aussi beau qu'un merle.


Savourons cette ardeur un peu triste et pleurons
De sentir la clarté première sur nos fronts.


Viens, ma très chère... A l'est le ciel fardé chatoie,
L'herbe est douce aux pieds nus comme un tapis
de soie
.







Sans nous préoccuper de l'hostile destin.
Rendons grâce au ciel clément pour ce matin.



samedi 2 juillet 2011

rencontre, MDCCXXIV




Emmène-moi








...dans le velours si doux de tes songes




vendredi 1 juillet 2011

rencontre, MDCCXXIII










Quand d'Amour
les bras vous en tombent...










mieux vaut se soutenir à deux.