lundi 28 novembre 2011

rencontre, MDCCCLXXIII




L'Ere du soupçon ?








Non, juste l'heure :

"m'aime-t-elle ?"




dimanche 27 novembre 2011

rencontre, MDCCCLXXII




SI DODU MAIS SI DOUX DIMANCHE...








Pour épuiser au mieux
les plaisirs de la chair,

mieux vaut avoir
des réserves...






samedi 26 novembre 2011

rencontre, MDCCCLXXI




DESIR DE BEAUTE.







Oui, de la Beauté comme un désir : léger, diaphane, tout juste vêtu, parfois, de la vive caresse de nos yeux...




vendredi 25 novembre 2011

lundi 21 novembre 2011

rencontre, MDCCCLXVI




Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au soleil,
A point perdu cette vêprée,
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.


Las ! Voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las, las ! Ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marâtre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !


Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,







Cueillez, cueillez votre jeunesse
Comme à cette fleur, la vieillesse
Fera ternir votre beauté.




dimanche 20 novembre 2011

rencontre, MDCCCLXV




Ora che sei venuta,

che con passo di danza sei entrata

nella mia vita

quasi folata in una stanza chiusa –

a festeggiarti, bene tanto atteso,

le parole mi mancano e la voce








e tacerti vicino già mi basta.





samedi 19 novembre 2011

rencontre, MDCCCIV



De votre nom j'orne le frontispice
Des derniers vers que ma Muse a polis.

Puisse le tout ô charmante Philis,
Aller si loin que notre los franchisse
La nuit des temps : nous la saurons dompter






Moi par écrire, et vous par réciter.



vendredi 18 novembre 2011

jeudi 17 novembre 2011

rencontre, MDCCCLXII




AMORIS LIBER.








Je n'ai jamais su lire que votre coeur...




mercredi 16 novembre 2011

rencontre, MDCCCXI



LA SAINTE ALLIANCE









Ah,
l'anneau de Lau au doigt !
Oh,
l'anneau de Lau
L'anneau de Lau à la bouche !

L'anneau de Lau quand je la touche

L'Amour de Lau quand je la bois...




mardi 15 novembre 2011

rencontre, MDCCCLX




MAIS AUSSI LE MARDI








(si votre petit doigt vous le...








...dit)




lundi 14 novembre 2011

rencontre, MDCCCLIX




LUNDI-LUXURE








Car sans plaisir sans tentation,

où est le sel où est le sexe

de la vie ?





dimanche 13 novembre 2011

rencontre, MDCCCLVIII




TOMBEE DU LIT...









A quoi il est certes toujours préférable de tomber en amour, comme l'on dirait dans la belle langue d'outre-Channel... Mais pour avoir l'un n'est-il pas nécessaire de pratiquer l'autre, et ne dit-on pas que la Fortune (du coeur) appartient à celles qui savent se lever tôt ?

Et puis tomber du lit n'est peut-être pas la meilleure méthode pour le pratiquer, l'amour, n'est-ce pas ?

Allez, à vos passions, jolies Potronnes-Minettes...




samedi 12 novembre 2011

vendredi 11 novembre 2011

jeudi 10 novembre 2011

rencontre, MDCCCLV




AMOURS
DES NUITS DE PLEINE LUNE









Lorsque mon âme s'en retourne à sa plus pure essence, mince et nocturne funambule entre femme et flammes...




mercredi 9 novembre 2011

rencontre, MDCCCLIV




L'amour que je sens, l'amour qui me cuit,
Ce n'est pas l'amour chaste et platonique,
Sorbet à la neige avec un biscuit ;
C'est l'amour de chair, c'est un plat tonique.






Ce n'est pas l'amour des blondins pâlots
Dont le rêve flotte au ciel des estampes.
C'est l'amour qui rit parmi des sanglots
Et frappe à coups drus l'enclume des tempes.


C'est l'amour brûlant comme un feu grégeois.
C'est l'amour féroce et l'amour solide.
Surtout ce n'est pas l'amour des bourgeois.
Amour de bourgeois, jardin d'invalide.


Ce n'est pas non plus l'amour de roman,
Faux, prétentieux, avec une glose
De si, de pourquoi, de mais, de comment.
C'est l'amour tout simple et pas autre chose.


C'est l'amour vivant. C'est l'amour humain.
Je serai sincère et tu seras folle,
Mon coeur sur ton coeur, ma main dans ta main.
Et cela vaut mieux que leur faribole !


C'est l'amour puissant. C'est l'amour vermeil.
Je serai le flot, tu seras la dune.
Tu seras la terre, et moi le soleil.
Et cela vaut mieux que leur clair de lune !



mardi 8 novembre 2011

lundi 7 novembre 2011

rencontre, MDCCCLII




Il n'est brûlure plus céleste
que celle où l'obscur de la douleur







se déchire à la blancheur des nuits.




dimanche 6 novembre 2011

rencontre, MDCCCLI




MISSA DOMINICA






Un beau vitrail vaut parfois mieux qu'un long sermon...



samedi 5 novembre 2011

rencontre, MDCCCL



SAMEDI-SOIE








Guette,

avec

gravée sur ton coeur

la petite fleur de ton bonheur





vendredi 4 novembre 2011

rencontre, MDCCCXLXIX


Unique est l’Aimée, sans pareille
La belle inégalée,
Regarde-la, elle est comme Sothis
Quand elle reparaît au début de l’année heureuse,
Brillant merveilleusement, la peau blanche, le teint clair,
... Les yeux charmants, ensorceleurs,
Que ses lèvres sont douces dès qu’elles parlent !



On ne saurait trop en dire d’elle :
Le cou long, le sein resplendissant
Ses cheveux sont de vrai lapis-lazuli,
Ses bras surpassent l’or,
Ses doigts sont des boutons de lotus,
La croupe opulente, la taille fine,
Ses cuisses portent ce qu’elle a de meilleur.

Sa démarche est noble à travers la campagne,
Rien qu’en passant, elle dérobe mon coeur.
Elle fait tendre le cou de tous les hommes,
qui se retournent pour l’admirer.
Quel bonheur pour qui la tient dans les bras !
Il est le premier des amants.
Contemple-la, tandis qu’elle sort,
Telle cette déesse, l’Unique.


jeudi 3 novembre 2011

mercredi 2 novembre 2011

rencontre, MDCCCXLVII





AUTRE BONHEUR.








Celui de vous lire, celui de vous sentir jour après jour, invisible petite visiteuse de toutes nos pages, compagne anonyme mais si fidèle depuis maintenant tant de mois, tant d'années, et sans qui ce secret endroit perdrait aussitôt bien du sens -ou bien des Sens, comme on voudra : les plus grands plaisirs, même les plus solitaires, étant sans conteste les plaisirs partagés...




mardi 1 novembre 2011

rencontre, MDCCCXLVI



Elle jouait avec sa chatte,
Et c'était merveille de voir
La main blanche et la blanche patte
S'ébattre dans l'ombre du soir.






Elle cachait - la scélérate ! -
Sous ses mitaines de fil noir
Ses meurtriers ongles d'agate,
Coupants et clairs comme un rasoir.


L'autre aussi faisait la sucrée
Et rentrait sa griffe acérée,
Mais le diable n'y perdait rien...


Et, dans le boudoir où, sonore,
Tintait son rire aérien
Brillaient quatre points de phosphore.