jeudi 30 septembre 2010

rencontre, MCDXLVII




ET TA ROBE TOMBERA








ET TON PARFUM ALORS ME DIRA TON SECRET




mercredi 29 septembre 2010

rencontre, MCDXLVI



A moins que feuilles ce soient rêves, rêves portées par la caresse de sommeils-soleils dorés et très doux : et qu'en leur compagnie légère nous nous envolions enfin sur les invisibles fils qui nous relient aux autres mondes, à tous ces Autres qui depuis le début de cette histoire nous observent en silence, qui depuis le début savent bien qu'un jour, qu'une nuit ou bien pourquoi pas les deux ensemble nous aurons avec eux







rendez-vous



mardi 28 septembre 2010

rencontre, MCDXLV




J'ai couvert de baisers ton coeur un soir mis à nu







Oh que jamais d'automne notre amour ne s'effeuille




lundi 27 septembre 2010

rencontre, MCDXLIV




C'est bien pour ça que nous dansons.









C'est tellement mieux que de tourner en rond.





dimanche 26 septembre 2010

rencontre, MCDXLIII




Certes, il est parfois bien difficile d'ouvrir les fenêtres








et plus encore de les franchir




samedi 25 septembre 2010

rencontre, MCDXLII



Et ton corps comme une fresque

vive

sur le mur de mes rêves :



inaccessible et pourtant si prochaine








Oh


mon


AMOUR PREMONITOIRE




vendredi 24 septembre 2010

rencontre, MCDXLI




Automne...








Saison si douce où nos doigts nous vêtent à chaque instant de leurs frissons...




jeudi 23 septembre 2010

rencontre, MCDXL




Salut ! bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours; Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards.


Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire ;
J’aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois.


Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
À ses regards voilés je trouve plus d’attraits :
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais.


Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui.


Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau !
L’air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !


Je voudrais maintenant vider jusqu’à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel :
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel !


Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu !
Peut-être dans la foule une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu !…







La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphyre ;
À la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs ; et mon âme, au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux.




mercredi 22 septembre 2010

rencontre, MCDXXXIX




Et lentement de la saison dessaisie...







le dernier fruit d'un baiser sur ta lèvre cueilli...




mardi 21 septembre 2010

rencontre, MCDXXXVIII




TENDANCE...









Ne fais jamais la même chose avec ton coeur...





lundi 20 septembre 2010

dimanche 19 septembre 2010

samedi 18 septembre 2010

vendredi 17 septembre 2010

jeudi 16 septembre 2010

rencontre, MCDXXXIII




Le Jardin côté rives...







dernières caresses d'un bel été...



mercredi 15 septembre 2010

mardi 14 septembre 2010

rencontre, MCDXXXI




Qu'est-ce que l'érotisme ?








Une question qui se pose puis se dépose,
une réponse qui seulement à demi se dévoile...




lundi 13 septembre 2010

dimanche 12 septembre 2010

rencontre, MCDXXIX




Quaeris, quot mihi basiationes
tuae, Lesbia, sint satis superque...







Quam magnus numerus Libyssae harenae
lasarpiciferis iacet Cyrenis
oraclum Iovis inter aestuosi
et Batti ueteris sacrum sepulcrum
aut quam sidera multa, cum tacet nox
furtiuos hominum uident amores
tam te basia multa basiare
uesano satis et super Catullo est
quae nec pernumerare curiosi
possint nec mala fascinare lingua...



samedi 11 septembre 2010

vendredi 10 septembre 2010

rencontre, MCDXXVII




ET MON COEUR VOLE
PARCE QUE LE SOUFFLE DU TIEN








LE SOUTIENT



jeudi 9 septembre 2010

rencontre, MCDXXVI




Baisers légers,






coups de coeurs ou simples coups d'ailes ?



mercredi 8 septembre 2010

rencontre, MCDXXV



NATIVITE








Et pendant ce temps-là, un certain 8 septembre...



mardi 7 septembre 2010

rencontre, MCDXXIV




Dans cette ville lointaine et pourtant si prochaine








...d'où si doucement leur petit coeur vous contemple



lundi 6 septembre 2010

rencontre, MCDXXIII



Et puis, à dire vrai,







il y en a qui n'ont même pas besoin d'ailes...



dimanche 5 septembre 2010

rencontre, MCDXXII




Et moi je crois aux fées.








Je ne vous demande pas de me croire, certes. Mais à si souvent frôler leurs ailes, il est évident que pour ma part, j'ai fini par ne plus jamais en douter.




samedi 4 septembre 2010

vendredi 3 septembre 2010

rencontre, MCDXX




Ce qui naît parfois de l'imagination des peintres...









...ou ce qui parfois fait naître cette imagination.




jeudi 2 septembre 2010

rencontre, MCDXIX



"Rentrez !" te disent-ils.








Et toi ton coeur entend : "FUYEZ !"





mercredi 1 septembre 2010

rencontre, MCDXVIII




PREMIER SEPTEMBRE









Mais non, l'été n'est pas fini.

Juste à croquer d'autres fruits...