mercredi 4 août 2010

rencontre, MCCCLXXXVII




Enfin tu revins Mademoiselle L...








Et ta peau sous mes doigts
fut soudain le plus doux des parfums





2 commentaires:

LO a dit…

Vous, les Apolline, savez bien que Mademoiselle L. n'est jamais très loin. La pensée du coeur sait si bien traverser l'espace et le temps.
Le parfum, essence nécessaire pour vivre...
Merci encore une fois de tant de beauté en si peu de mots.
L.

APOLLINE 2 a dit…

Quel doux commentaire qui va droit à notre coeur, droit et simultanément tout en courbes si douces...

Merci à Vous.

Les deux A